Une PUBLICATION de l'ECF, des ACF et des CPCT

Édito, Événements, Nouvelle Série, L'Hebdo-Blog 225

ÉDITORIAL : Varités du malentendu

image_pdfimage_print

« Je dis […] que le verbe est inconscient – soit malentendu » [1], énonce Lacan en 1980. L’inconscient réel n’est en rien le réceptacle d’une prétendue vérité ultime. Tricoté de verbe, cet inconscient est pris dans l’opacité de ce qui articule le corps et le malentendu. Il n’est pas « intentionnel » [2], il ne veut pas dire quelque chose : il échappe à la « plasticité du sens » [3], et il « se rencontre sous la modalité du “c’est ainsi” » [4]. Et parce qu’il est malentendu, l’inconscient réel a des affinités avec la vérité. Beau paradoxe !

Alors, du pur fake l’inconscient ? Les parlêtres sont des traumatisés du malentendu [5], et seule une analyse peut leur permettre de saisir ce qui a frappé leur corps et y a laissé sa marque indélébile. Par la coupure et la réduction, un « c’est ça ! » émerge. Ce n’est pas la trouvaille de la vérité, mais une « hystorisation » [6] produite après un long vidage du sens. La réduction qui permet d’atteindre ce vidage de jouis-sens arrête ce qui pousserait à interpréter encore. Un point d’arrêt « qui permet de passer de l’inconfort à la satisfaction » [7].

Après tant de réductions, ne croit-on pas arriver à La vérité ultime ? Cependant, la « vérité sur le réel » [8] fait problème, note J.-A. Miller. Elle fait problème, car elle produit des mirages. Comme l’indique Laurent Dupont dans son argument d’orientation pour la prochaine journée de « Question d’École » : « Il faut une longue analyse pour qu’un sujet entende sa vérité comme menteuse, soit un au-delà de la vérité, repérage dans l’analyse de son statut de fiction et de l’importance des semblants comme réponse » [9].

Ce numéro de L’Hebdo-Blog, Nouvelle série cherche à nous frayer un chemin vers cette journée du 23 janvier 2021, consacrée à la question du fake, au cours de laquelle seront explorées les complexités de la vérité dans un moment de l’histoire où la simplification du pousse-au-sens tend à régner.

[1] Lacan J., Le Séminaire, « Dissolution », leçon du 10 juin 1980, « Le malentendu », Ornicar ?, n°22/23, printemps 1981, p. 12.

[2] Miller J.-A., « Le réel au XXIe siècle. Présentation du thème du IXe Congrès de l’AMP », La Cause du désir, n°82, octobre 2012, p. 94, disponible sur internet.

[3] Miller J.-A. « L’orientation lacanienne. Choses de finesse en psychanalyse », enseignement prononcé dans le cadre du département de psychanalyse de l’université Paris 8, cours du 18 mars 2009, inédit, disponible sur internet.

[4] Ibid.

[5] Lacan J., Le Séminaire, « Dissolution », leçon du 10 juin 1980, « Le malentendu », op. cit., p. 12.

[6] Lacan J., « Préface à l’édition anglaise du Séminaire XI », Autres écrits, Paris, Seuil, 2001, p. 573.

[7] Miller J.-A. « L’orientation lacanienne. Choses de finesse en psychanalyse », op. cit., cours du 18 mars 2009.

[8] Ibid.

[9] Dupont L., « Le Fake », argument pour « Question d’École », événement de l’École de la Cause freudienne, 23 janvier 2021, visioconférence, disponible sur internet et inscriptions en ligne.

Articles associés

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer