Numero 135

A la une, Hebdo Blog 146

L’inconscient c’est la politique

image_pdfimage_print

La mobilisation politique et les forums organisés à Nantes comme dans de nombreuses villes de France, au printemps 2017, à l’occasion de l’élection présidentielle, pour affirmer un désir décidé de démocratie, ont traduit une scansion dans le Champ freudien. Jacques-Alain Miller a ponctué ce moment et salué l’entrée du Champ freudien dans un nouveau temps, en le qualifiant d’année zéro du Champ freudien. Il en a donné l’interprétation dans son cours de psychanalyse du 24 juin 2017 [1].

L’École de la Cause freudienne, et, avec elle les ACF, se sont mobilisées l’an passé, dans le champ politique. Nous sommes conduits aujourd’hui à prolonger ce mouvement vers le monde social. Intervenir dans l’espace public à l’occasion d’un événement politique, s’adresser à l’opinion, prendre position dans le débat électoral et mener campagne en faveur d’un choix parmi les candidats, cela relève d’une décision politique. Jamais dans le passé l’ECF n’était intervenue dans ce champ de la vie publique de la nation, celui d’une élection, habituellement réservé à l’initiative des citoyens laissés libres de leur prise de position politique.

Jacques-Alain Miller a montré que cette surprenante décision se déduisait d’une logique interne à la psychanalyse elle-même. Contrairement à ce que l’on peut spontanément penser la psychanalyse n’est pas une psychologie de l’individu, en tant qu’isolé du monde social. L’inconscient inventé par Freud, le sujet de l’inconscient promu par Lacan, relèvent d’une réalité transindividuelle. Dans son texte sur « La psychologie des foules et l’analyse du moi » [2], Freud fait valoir une identité entre la sphère subjective et la sphère sociale, car le sujet inclut l’Autre social nécessairement, dans la mesure où il y est toujours articulé.

Lacan a traduit cette réalité transindividuelle de l’inconscient en affirmant que l’inconscient est le discours de l’Autre, et que l’expérience analytique instaure un lien social qu’il a nommé « Discours analytique ». Le champ social, culturel, politique est interne à la réalité du sujet, d’où cette étonnante définition de l’inconscient avancée par Lacan : « L’inconscient c’est la politique ». Les problématiques de société et les débats qui agitent l’opinion sont au cœur des préoccupations des psychanalystes. Le mouvement #Metoo, la santé mentale, l’éducation, la politique, la culture, etc. autant de sujets qui seront abordés et discutés lors de cette Semaine Lacan.

La psychanalyse n’est concevable que dans un état de droit, où sont respectées les libertés d’expression, d’association et de déplacement, où chaque sujet est respecté dans sa singularité, où il n’y a pas de pour tous totalitaire. Cette Semaine Lacan sera ponctuée de témoignages qui feront valoir le privilège que la psychanalyse accorde à cette singularité.

[1] Miller J.-A., « Point de capiton », (2017), La Cause du désir, Paris, Navarin, n° 97, 2017, pp. 87-100

[2] Freud S., « Psychologie des foules et analyse du moi », (1921), Essais de psychanalyse, Paris, Payot, 1990

Recommended