Numero 135

Édito, Hebdo Blog 125

L’air du temps

image_pdfimage_print

De Calais à Bruxelles, des exactions policières contre les migrants dénoncées récemment par Yann Moix à celles commandées par Théo Francken – le Secrétaire d’Etat belge à l’Asile et à la Migration –, le racisme progresse quasiment sans masque. Il semble en plus très populaire, il ne résulte pas d’obscures manœuvres politiciennes, mais gît au contraire dans les profondeurs du goût. C’est dire que la politique ne le crée pas, mais l’exploite.

Les causes de la montée du racisme dépendent pour Lacan du remaniement des groupes sociaux par la science qui domine le monde depuis le XVIIe siècle. Ce remaniement, qui consiste surtout en un mixage par la mondialisation de groupes habituellement séparés, a pour effet de les opposer les uns aux autres. Le mode de jouissance des uns n’étant pas celui des autres, cela entraîne une intolérance réciproque. Intolérance encore aggravée par l’égarement des protagonistes quant à leur propre jouissance : chacun supporte d’autant moins celle de l’Autre qu’il ne veut rien savoir de la sienne. Le Père n’étant plus là pour dire où est notre jouissance en l’interdisant, nous ne la voyons plus que dans l’Autre : l’Étranger, c’est l’Autre qui jouit et dans lequel je ne veux pas me reconnaître…

Lacan a évoqué tout cela en propos tranchants : « Dans l’égarement de notre jouissance, il n’y a que l’Autre qui la situe, mais c’est en tant que nous en sommes séparés. D’où des fantasmes, inédits quand on ne se mêlait pas. »[1] Les nazis et autres fascistes visèrent, comme on sait, à remettre de l’ordre en rayant cet Autre de la surface de la terre. Ils ne furent pas des accidents de l’histoire, mais, précise encore Lacan, des précurseurs.[2] Le mot est terrible, mais juste, nous le vérifions chaque jour un peu plus.

Que peut la psychanalyse ? Tenir un discours qui alerte l’opinion éclairée, et empêche, dit J.-A. Miller, ces folies de cristalliser. Et ce n’est pas aussi maigre que cela peut en avoir l’air, rajoute ce dernier, si on se souvient qu’une poignée de savants suffirent au XVIIIe siècle pour tenir en respect les tenants de l’absolutisme, et finalement à les renverser. [3]

[1] Lacan, J., « Télévision », Autres écrits, Paris, Seuil, 2001, p. 534.

[2] Lacan, J., « Proposition du 9 octobre 1967 sur le psychanalyste de l’École », Autres écrits, Paris, Seuil, 2001, p. 257.

[3] « L’homme décidé. Entretien avec Jacques-Alain Miller », Vacarme, n°18, 23 février 2014.

Recommended