Identités précaires au XIXème siècle, présence de l'analyste

Édito, Hebdo Blog 106

Balises et boussoles

image_pdfimage_print

Les publications, qu’elles soient numériques ou de papier, ont ceci de précieux qu’elles peuvent inciter à aller lire, relire, fouiner, interroger et actualiser les idées et les concepts développés. Les articles peuvent comporter tout à la fois de véritables balises, points de repères, que de boussoles, guides d’orientation. On attrape un bout du texte et l’on part chercher dans sa bibliothèque les références citées, allant de page en page, d’ouvrage en ouvrage, se perdant un peu et gagnant beaucoup.
Dans la forêt des concepts, la pulsion est l’un de ceux dont on aimerait pouvoir attraper, d’un seul coup d’oeil, la genèse chez Freud, tout autant que les déclinaisons chez Lacan.
C’est ce que nous propose Philippe de Georges, dans son commentaire de l’ouvrage de Stein Fossgard Grontoft De la pulsion au sinthome.
Parce que la jouissance qui fait irruption n’est pas sans logique 1, la journée de l’Envers de Paris, qui aura lieu le 10 juin, sous le titre « Les nouveaux visages de la ségrégation », nous incite à réfléchir sur « ces manifestations haineuses qui ont implosé au milieu de nos vies, dans notre quotidien ».
Sonder les concepts de pulsion et de jouissance avec Freud et Lacan et lire ces modalités de « déconnexion sauvage d’avec l’Autre » où la radicalisation peut être la « collusion avec l’Un hors-dialectique du discours de l’Etat Islamique » ; c’est le choix qu’a fait l’Hebdo blog cette semaine, en se tenant au plus près de l’actualité éditoriale et événementielle de l’Ecole et en liant ensemble ces deux textes, dans un support commun à la réflexion.

1 Leguil C., « La haine est sans raison, mais elle n’est pas sans objet », Lacan Quotidien n°554.

Recommended